Être vachue s’est merveilleux 04Être vachue s’est merveilleux 04

Lingerie

La dégustation

Elles pénètrent dans le laboratoire où se trouve une grande femme aux cheveux auburn, et bien équipée du point de vue de la poitrine, en blouse blanche. Voici Amandine, la responsable du laboratoire. Elle va te faire déguster les différents laits produits chez nous. Elle aussi est une vachue, comme tu peux le remarquer.

Effectivement, Amandine à une poitrine imposante que Stéphanie regarde attentivement. Elle évalue cette poitrine à du H. Son soutien-gorge blanc, avec les embouts bleu ciel, laisse imaginer ses pis de longueur adaptée pour une trayeuse à haute performance.

Amandine offre une chaise à Stéphanie, qui s’assoie.

Bonjour Stéphanie. Je t’ai préparé trois échantillons pour que tu puisses évaluer la différence de goût et qualité de chacun d’entre eux.

Elle lui tend un petit verre rempli de lait

Celui-ci est le lait nature. Il est réservé pour les nourrissons. Riche en bouche, avec les ingrédients naturels produits par de mamelles naturelles. Il est sans additif.

Stéphanie approche le verre à ses lèvres et laisse couler le nectar dans sa bouche. Elle le déguste lentement. Le savoure, un peu comme un bon vin.

Humm, c’est bon, il a un petit goût d’amandes fraîches. C’est délicieux, est ce qu’on le trouve dans le commerce?

Non, répond Amandine, en fait nous fournissons les institutions qui sont inscrites dans notre programme. Nous fournissons aussi certains particuliers, en générale des femmes, après investigation de notre département de commercialisation, pour nous assurer du bienfondé de leur demande. Nous ne voulons pas que des personnes malveillantes en fassent du commerce.

Si tu le veux, après la visite, nous pourrons aller t’inscrire, lui dit Claudine. Il te sera livré régulièrement chez toi

Oui je veux bien, il est vraiment succulent.

Amandine lui présente un second verre rempli du liquide blanc.

Celui-ci est le lait amélioré. Il contient des vitamines et oligo-éléments pour les personnes âgées.

Là encore Stéphanie avale tout le liquide, mais le trouve un peu amer. En fait ce que ne lui dit pas Amandine, c’est qu’il a été additionné d’un puissant relaxant. À ce moment-là le téléphone du laboratoire sonne. Amandine décroche bursa escort l’appareil

Allo? Oui bonjour Claude. Ah ta réunion est terminée? Oui, ici la visite se passe bien. Oui, je te la passe. C’est pour toi Claudine.

Elle passe alors l’appareil à sa collègue.

 Oui Claude? Oui Stéphanie apprécie sa visite. Elle se retourne vers Stéphanie, qui semble perdre doucement ses moyens. Oui, je pense qu’elle sera prête dans quelques instants. On te retrouve dans la salle de préparation? Bien nous y serons dans 10 minutes environ.

Elle raccroche le combiné et se rapproche de Stéphanie. Amandine est près d’elle et la soutient afin qu’elle ne tombe pas de sa chaise, car elle commence à ressentir les effets du tranquillisant. Amandine lui présente un dernier verre. Stéphanie le prend machinalement et le porte à ses lèvres. Elle se sent comme dans un nuage, L’esprit rempli des scènes érotiques et d’images qu’elle a vue durant toute la visite. Tous ses muscles sont relaxés.

Elle avale le dernier verre, qui lui contient un puissant aphrodisiaque, qui va la porter dans une excitation extrême. Elle ressent une douce chaleur monter dans tout son corps. Elle se sent bien et remercie Pierre de l’avoir choisi pour réaliser cette visite. Sa tête commence à tourner comme si elle avait bu un peu trop d’alcool. En fait elle n’est pas ivre, elle le sait, mais c’est une sensation particulière qui la transporte dans un état second. Une nouvelle sensation apparaît : un picotement au niveau des seins. Ce n’est pas désagréable, mais elle trouve cela étrange. Ce picotement descend aussi au niveau de son sexe. Là, ça l’intrigue et elle voudrait bien y passer la main, mais en face de ses interlocutrices, cela ne se fait pas. Pourtant ce serait si bon de pouvoir frotter ce membre qui commence à la démanger. Sa seule solution c’est de se frotter une cuisse contre l’autre, et espérer soulager cette petite démangeaison. Assise sur sa chaise elle dandine son popotin en serrant su mieux qu’elle peut ses deux cuisses. Les picotements se font plus intenses. Les deux femmes autour d’elle remarquent son petit manège. Elles savent que les drogues commencent à faire leur effet. Stéphanie se passe une main sur sa joue droite et remarque qu’elle est chaude. Elle glisse alors la main sur son cou, et même sensation! Tout son corps en fait est bouillant. Mais bursa escort bayan ce n’est pas de la fièvre, c’est seulement une chaleur comme lorsqu’elle est en excitation.

J’ai chaud, dit-elle. Avez-vous monté le chauffage de cette pièce?

Non, répond Amandine. Nous devons garder dans ce local, une température moyenne et constante. J’y fais des analyses régulièrement, et il ne faut pas que mes résultats soient faussés.

TU dois être tout simplement excitée par la visite nos installations, souffle alors Claudine. S’est normal lors d’une première visite. Beaucoup de nos visiteurs souffrent la même chose. Ne t’en fais pas, cela passera bientôt.

Elle se penche sur Stéphanie, et lui inflige un baiser langoureux. Les langues s’entre-mêlent, les salives se mélangent. Stéphanie, qui apprécie ces traitements, s’échauffe encore plus. Elle sent ses cuisses bouillantes. Amandine passe la main dans l’entre-jambe de la surexcitée, et approche ses doigts à la culotte de Stéphanie. Elle ressent la mouille abondante de la journaliste.

Tu mouilles abondamment dit-elle. Puis elle glisse son index entre le tissu de la petite culotte et la peau chaude de Stéphanie.

Elle applique son index sur la fente mouillée qui s’offre docilement. Les grosses lèvres s’écartent après une légère pression, et le doigt inquisiteur remonte vers le bouton de plaisir de Stéphanie. Celle-ci est toujours accrochée aux lèvres de Claudine, mais l’intrusion du doigt d’Amandine soulage doucement le picotement ressenti sur le sexe en chaleur. Amandine fait glisser son index entre les lèvres du vagin de Stéphanie en remontant de la base du sexe jusqu’au clitoris. Son doigt s’imbibe du liquide vaginal de la jeune femme, et elle le glisse vers son l’œillet anal. Elle fait tourner son doigt autour de l’orifice pour l’humidifier avec les sécrétions vaginales. Elle glisse alors son majeur dans l’orifice lubrifié tout en remontant l’index entre les lèvres du vagin, et le glisse lentement dans la fente mouillée. Assise sur sa chaise, les jambes écartées, les bras enroulés autour du cou de Claudine, qui lui lèche l’oreille gauche en mordillant doucement son lobe, Stéphanie se trouve proche du Nirvana. Elle halète fortement. Amandine masse son clitoris savamment, tout en poussant son majeur dans l’anus, escort bursa qui est tout relâché, le sphincter ayant lâché prise face à la douce pression d’Amandine. Cette intrusion mène la journaliste au bord d’un orgasme non attendu mais secrètement très désiré. Ses muscles pelviens se contractent, son bas-ventre se raidi, elle cambre sa colonne vertébrale en s’avançant sur sa chaise, invitant ainsi aux doigtés plus intenses d’Amandine, pour l’amener au plaisir sexuel suprême. Elle se laisse aller, s’abandonne à ces traitements érotiques, et arrivée au pic de non-retour, au point où elle ne peut plus rien faire pour se retenir, pour arrêter ce plaisir qui monte, elle se lâche, se laisse aller, se donne complètement à ses faiseuses de plaisir. Ses cuisses tremblent, sa bouche grande ouverte, émet les cris de plaisirs charnels que toute femme en rut lance au moment suprême de jouissance.

Aaaahhhhhh! Oouuuuuiiiiiii! Encore! Encore! Ooohhh Mon Dieu! Que c’est bon.

Voilà un vrai orgasme! dit alors Amandine. Et ce n’est que le début, tu verras!

Stéphanie, perchée sur son nuage, absorbée par le post-orgasme, se met à pleurer. Son corps tremble par saccades incontrôlables. Elle ne pleure pas souvent après un orgasme. C’est plutôt ses partenaires féminines qui pleurent après les soins sensuels et extrêmes qu’elle leur inflige. De chaudes larmes inondent ses paupières et coulent le long de ses joues. Claudine passe sa langue sur les paupières et les joues de la journaliste, en dégustant le liquide chaud et salé. Les muscles de Stéphanie se relâchent, et elle se relaxe complètement dans les bras de Claudine. Son corps glisse sur sa chaise. Amandine se relève et retient la jeune femme par les cuisses pour qu’elle ne tombe pas. Stéphanie est toute molle. Ce n’est pas l’extase seulement qui la met dans cet état, mais les produits judicieusement ajoutés dans les échantillons dégustés. Son après-jouissance lui a ôté toute résistance. Elle se laisse cajoler par Claudine, qui continue à caresser ses joues, son cou, sa poitrine et pousse la main entre ses seins. Elle les écarte légèrement en les secouant suavement. La pression exercée fait glisser ses seins dans son soutien-gorge, et la friction du tissu sur ses mamelons érigés, la fait à nouveau trembler de plaisir. Elle baisse alors la tête, et ses paupières se referment. Elle semble endormie.

Bon, dit alors Claudine, continuons le processus.

Claudine et Amandine prennent l’endormie sous les bras et °la soulèvent pour la diriger vers la salle de préparation des vachues.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.